Catégories
Actualité Hôtellerie

Le taux de chômage aux États-Unis en juillet tombe à 10,2%

LA SITUATION DE L'EMPLOI – JUILLET 2020

L'emploi salarié non agricole total a augmenté de 1,8 million en juillet, et le chômage
taux est tombé à 10,2%, a rapporté aujourd'hui le Bureau of Labor Statistics des États-Unis. Celles-ci
l'amélioration du marché du travail a reflété la reprise continue de l'économie
activité qui avait été réduite en raison de la pandémie de coronavirus (COVID-19) et
efforts pour le contenir. En juillet, des gains d'emplois notables ont eu lieu dans les loisirs et l'hôtellerie,
gouvernement, commerce de détail, services professionnels et commerciaux, autres services, et
soins de santé.

Ce communiqué de presse présente les statistiques de deux enquêtes mensuelles. L'enquête auprès des ménages
mesure la situation de la population active, y compris le chômage, selon les caractéristiques démographiques.
L'enquête auprès des établissements mesure l'emploi non agricole, les heures et les gains par industrie.
Pour plus d'informations sur les concepts et la méthodologie statistique utilisés dans ces deux
enquêtes, voir la note technique.

Données d'enquête auprès des ménages

En juillet, le taux de chômage a baissé de 0,9 point de pourcentage à 10,2%, et
le nombre de chômeurs a baissé de 1,4 million à 16,3 millions. Malgré les déclins
sur les 3 derniers mois, ces mesures sont en hausse de 6,7 points de pourcentage et de 10,6 millions,
respectivement, depuis février. (Voir le tableau A-1. Pour plus d'informations sur la façon dont
enquête auprès des ménages et ses mesures ont été affectées par la pandémie de coronavirus, voir le
encadré à la fin de ce communiqué.)

Parmi les principaux groupes de travailleurs, les taux de chômage ont diminué en juillet chez les hommes adultes
(9,4%), femmes adultes (10,5%), adolescents (19,3%), Blancs (9,2%),
Asiatiques (12,0%) et hispaniques (12,9%). Le taux de chômage des Noirs (14,6
pour cent) ont peu changé au cours du mois. (Voir les tableaux A-1, A-2 et A-3.)

Le nombre de chômeurs mis à pied temporairement a diminué de 1,3 million
en juillet à 9,2 millions, environ la moitié de son niveau d'avril. En juillet, le nombre de permanents
les chômeurs et le nombre de chômeurs réintégrés sur le marché du travail étaient pratiquement
inchangé sur le mois, à respectivement 2,9 millions et 2,4 millions. (Réentrants
sont des personnes qui travaillaient auparavant mais qui n'étaient pas sur le marché du travail avant de commencer
leur recherche d'emploi.) (Voir le tableau A-11.)

Parmi les chômeurs, ceux qui étaient sans emploi depuis moins de 5 semaines ont augmenté de 364000 à
3,2 millions en juillet et le nombre de chômeurs de 15 à 26 semaines a augmenté de 4,6 millions
à 6,5 millions. En revanche, le nombre de chômeurs sans emploi 5 à 14
semaines ont chuté de 6,3 millions à 5,2 millions. Le nombre de chômeurs de longue durée (ceux
sans emploi depuis 27 semaines ou plus), à 1,5 million, a peu changé au cours du mois. (Voir
tableau A-12.)

Le taux d'activité, à 61,4%, a peu changé en juillet, après
augmente en mai et juin. L'emploi total, tel que mesuré par l'enquête auprès des ménages, a augmenté
de 1,4 million en juillet à 143,5 millions. Le ratio emploi-population a augmenté de 0,5
point de pourcentage à 55,1% mais reste inférieur à celui de février (61,1%).
(Voir le tableau A-1.)

En juillet, le nombre de personnes qui travaillent habituellement à temps partiel a augmenté de 803 000 à 24,0 millions,
tandis que le nombre de personnes qui travaillent habituellement à plein temps, à 119,5 millions, a peu changé. (Voir
tableau A-9.)

Le nombre de personnes employées à temps partiel pour des raisons économiques (parfois appelé
en tant que travailleurs à temps partiel involontaires) a diminué de 619000 à 8,4 millions en juillet, reflétant
une baisse du nombre de personnes dont les heures ont été réduites en raison d'un relâchement du travail ou des affaires
conditions (-658 000). Le nombre de travailleurs à temps partiel involontaires est supérieur de 4,1 millions
qu'en février. Ces personnes, qui auraient préféré un emploi à temps plein,
travaillant à temps partiel parce que leurs heures avaient été réduites ou qu'ils ne pouvaient pas trouver
emplois de temps. Ce groupe comprend les personnes qui travaillent habituellement à temps plein et les personnes qui
travail à temps partiel. (Voir le tableau A-8.)

En juillet, le nombre de personnes inactives qui souhaitent actuellement un emploi a diminué
de 463 000 à 7,7 millions; cette mesure est de 2,8 millions de plus qu'en février. Celles-ci
les individus n'étaient pas considérés comme des chômeurs parce qu'ils ne recherchaient pas activement
travailler au cours des 4 dernières semaines ou n'étaient pas disponibles pour accepter un emploi. (Voir le tableau A-1.)

Parmi ceux qui ne font pas partie de la population active qui souhaitent actuellement un emploi, les personnes
la population active a chuté de 492 000 à 2,0 millions en juillet. Ces individus n'étaient pas
dans la population active, voulaient et étaient disponibles pour travailler, et avaient cherché un emploi à un moment donné
au cours des 12 mois précédents mais n’avaient pas cherché de travail au cours des 4 semaines précédant l’enquête.
Les travailleurs découragés, un sous-ensemble des marginaux qui croyaient qu'aucun emploi n'était
disponibles pour eux, au nombre de 665 000 en juillet, essentiellement inchangé par rapport au mois précédent.
(Voir le tableau récapitulatif A.)

Données d'enquête sur les établissements

L'emploi salarié non agricole total a augmenté de 1,8 million en juillet, moins que les augmentations de
4,8 millions en juin et 2,7 millions en mai. En juillet, l'emploi non agricole était inférieur à
son niveau de février de 12,9 millions, soit 8,4%. Les plus fortes augmentations d'emploi en
Juillet a eu lieu dans les loisirs et l'hôtellerie, le gouvernement, le commerce de détail, les professionnels et
services aux entreprises, autres services et soins de santé. (Voir le tableau B-1. Pour plus d'informations
sur la façon dont l'enquête auprès des établissements et ses mesures ont été affectées par le coronavirus
pandémie, voir l'encadré à la fin de ce communiqué de presse.)

L'emploi dans les loisirs et l'hôtellerie a augmenté de 592000, soit environ un tiers
du gain de l’emploi non agricole total en juillet. Emploi dans la restauration et la boisson
Les places ont augmenté de 502 000, après des gains de 2,9 millions en mai et juin combinés. Malgré
les gains au cours des 3 derniers mois, l'emploi dans les services de restauration et les débits de boissons est en baisse
de 2,6 millions depuis février. Sur le mois, l'emploi a également augmenté dans les divertissements,
jeux de hasard et loisirs (+100 000).

L'emploi du gouvernement a augmenté de 301 000 en juillet, mais est de 1,1 million de moins que son niveau de février.
En général, l'emploi dans l'enseignement dans le secteur public diminue en juillet (avant désaisonnalisation).
Cependant, les baisses d'emploi se sont produites plus tôt que d'habitude cette année en raison de la pandémie,
résultant en des augmentations inhabituellement importantes en juillet de l'éducation des collectivités locales (+215000) et
éducation du gouvernement de l'État (+30 000) après désaisonnalisation. Un gain d'emploi en juillet au fédéral
gouvernement (+27000) a reflété l'embauche de travailleurs temporaires pour le recensement de 2020.

En juillet, le commerce de détail a créé 258 000 emplois. L'emploi dans l'industrie est de 913000 inférieur à
en février. En juillet, près de la moitié de la création d'emplois dans le commerce de détail s'est produite dans les vêtements et
magasins d'accessoires vestimentaires (+121 000). En revanche, la composante marchandises générales
les magasins comprenant des clubs-entrepôts et des supercentres ont perdu des emplois (-64 000).

L'emploi dans les services professionnels et aux entreprises a augmenté en juillet (+170 000) mais demeure
1,6 million sous son niveau de février. La majorité du gain de juillet s'est produite dans des
services d'aide (+144 000).

En juillet, le secteur des autres services a créé 149 000 emplois, la majeure partie de l'augmentation se produisant
dans les services personnels et de blanchisserie (+119 000). Depuis février, l'emploi dans les autres services est
en baisse de 627 000.

En juillet, les soins de santé ont créé 126 000 emplois, avec une croissance de l'emploi dans les cabinets de dentistes
(+45000), hôpitaux (+27000), cabinets de médecins (+26000) et services de soins à domicile
(+16 000). Les pertes d'emplois se sont poursuivies dans les établissements de soins infirmiers et de soins résidentiels (-28 000).
L'emploi dans les soins de santé est en baisse de 797 000 depuis février.

En juillet, l'emploi dans l'assistance sociale a augmenté de 66 000, avec des services de garde d'enfants
représentant l'essentiel du gain (+45 000). L'emploi dans l'assistance sociale est inférieur de 460000
qu'en février.

L'emploi dans le transport et l'entreposage a augmenté de 38000 en juillet, après une augmentation
de 87 000 en juin. Malgré les gains d'emplois au cours des 2 derniers mois, l'emploi dans l'industrie est
en baisse de 470 000 depuis un récent sommet en janvier. En juillet, l'emploi a augmenté dans les transports en commun et
le transport terrestre de passagers (+20 000), le transport aérien (+16 000) et les coursiers et
messagers (+9 000).

L'emploi dans le secteur manufacturier a augmenté de 26 000 en juillet. Un gain d'emploi dans les véhicules automobiles
et les pièces (+39 000) ont été partiellement compensées par des pertes sur les produits métalliques (-11 000),
machines (-7 000) et produits informatiques et électroniques (-6 000). Bien que la fabrication
a ajouté 623 000 emplois au cours des 3 derniers mois, l'emploi est de 740 000 de moins qu'en février.

Les activités financières ont créé 21000 emplois en juillet, la plupart des gains dans l'immobilier et
location et crédit-bail (+15 000). Depuis février, l'emploi dans les activités financières est en baisse
par 216 000.

En juillet, l'emploi dans la construction a peu changé (+20 000), après des gains d'emplois de 619 000
en mai et juin combinés. Cependant, l'emploi dans l'industrie reste 444000 en dessous de son
Niveau de février.

L'exploitation minière a continué de supprimer des emplois en juillet (-7000), reflétant une perte des activités de support
pour l'exploitation minière (-11 000). L'exploitation minière a perdu 127000 emplois depuis un récent pic en janvier 2019,
bien que près des trois quarts de cette baisse se soient produits depuis février 2020.

En juillet, la rémunération horaire moyenne de tous les employés sur la masse salariale privée non agricole a augmenté de
7 cents à 29,39 $, suite à d'importants changements ces derniers mois. Gains horaires moyens de
La production du secteur privé et les employés non surveillants ont diminué de 11 cents pour s'établir à 24,63 $
en juillet. Les fortes fluctuations de l'emploi – en particulier dans les industries les moins rémunérées – au cours
ces derniers mois compliquent l'analyse des tendances récentes des gains horaires moyens.
(Voir les tableaux B-3 et B-8.)

La semaine de travail moyenne pour tous les employés sur la masse salariale privée non agricole a diminué de 0,1 heure
à 34,5 heures en juillet. Dans l'industrie, la semaine de travail a augmenté de 0,7 heure à 39,7 heures,
et les heures supplémentaires ont augmenté de 0,3 heure à 2,8 heures. La semaine de travail moyenne pour la production et
Les employés non surveillants sur les listes de paie privées non agricoles sont restés inchangés à 34,0 heures. (Voir
tableaux B-2 et B-7.)

La variation de l'emploi salarié non agricole total pour mai a été révisée à la hausse de 26000, de
+2,699,000 à +2,725,000, et le changement pour juin a été révisé à la baisse de 9,000, passant de
+4.800.000 à +4.791.000. Avec ces révisions, l'emploi combiné en mai et juin
était de 17 000 plus élevé que précédemment. (Les révisions mensuelles résultent de
rapports reçus d'entreprises et d'agences gouvernementales depuis la dernière publication
estimations et à partir du recalcul des facteurs saisonniers.)

Les logos, noms de produits et de sociétés mentionnés sont la propriété de leurs propriétaires respectifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *